présentation
programme
apéro concert
les invités
les partenaires
les archives du festival
 - 12 ème Rencontres... à la Campagne
 - 11ème Rencontres... à la Campagne
 - 10èmes Rencontres... à la Campagne
 - 9èmes Rencontres...à la Campagne
 - 8èmes Rencontres...à la Campagne
 - 7èmes Rencontres... à la Campagne
 - 6èmes Rencontres...à la Campagne
 - 5èmes Rencontres...à la Campagne
 - 4èmes Rencontres...à la Campagne
 - 3èmes Rencontres...à la Campagne
 - 2èmes Rencontres...à la Campagne
 - 1ère éditon des Rencontres...à la Campagne
inscriptions
contacts
newsletter
adhésion
accueil
plan du site
téléchargements
liens

       accueil >> le festival >> les archives du festival >> 11ème Rencontres... à la Campagne

 
      11èmes Rencontres... à la Campagne
 

Le catalogue 2008 est ici

BILAN
* Une bonne fréquentation (1850 entrées et plus de 100 forfaits pour les 4 jours)
A l'évidence un public fidèle, des têtes que l'on reconnaît, des passionnés qui nous font confiance et voient beaucoup de films. Deux phénomènes témoignent en faveur de cet engouement cinéphilique :

- Le monde présent aux avant-premières, le mercredi soir, pour "La vie moderne" de Depardon, et surtout le samedi soir pour "Entre les murs" sous le marché couvert (+ de 320 personnes)

- Une fréquentation en hausse pour les séances du matin (environ 80 personnes en général) pour des reprises de films importants des années 70/80.


* Une bonne programmation
De l'avis de beaucoup de spectateurs, la programmation mêlant documentaires et fictions souvent en prise directe avec les luttes, mais aussi l'évolution de la société de leur temps, était homogène et cohérente. Cette cohérence de nos choix, c'est
à nous de l'établir, de l'expliquer, même si parfois un seul angle de présentation peut paraître réducteur pour certaines oeuvres.

Le lien géographique pour les 3 films d'Amérique Latine existant entre les 3 réalisateurs et réalisatrices, n'était pas anodin.

Le fait de programmer deux films de Depardon et d'Agnès Varda renforce cette idée de cohérence.
Bien sûr, le lien manifeste entre les documentaires du groupe Medvedkine et le travail de Jérôme Forni confirme cette évidence.

De même aussi, la fidélité à des cinéastes comme Marc Khanne, Jacques Mitsch, Christian Rouaud et bien sûr Cristian Mungiu nous inscrit dans une démarche cohérente, de fidélité à des artistes pour lesquels les spectateurs ont une sorte d'attente positive, qui est rarement déçue. L'impression d'être en territoire connu, même quand les oeuvres dérangent, crée une sorte de confort aidant à la réception des films.


* De riches rencontres
Tout d'abord, la présence d'un grand réalisateur européen à Rieupeyroux, Cristian Mungiu, de passage le vendredi sur le site en provenance du festival de Deauville où il était membre du jury, a été un événement majeur de l'année culturelle de toute notre région. Sa simplicité, la précision ferme de ses réponses, sa disponibilité de tous les instants sont la marque d'un grand cinéaste, capable de dialoguer sans effet de manche, avec tous. L'amour de son pays, sa volonté de tourner encore en Roumanie, cette impression de sérénité qui se dégageait de ses propos, m'ont profondément touché. A l'heure de notre star système triomphant, un grand cinéaste dialoguait avec le public des Rencontres, sans se soucier de son image, sans chercher à paraître. Une présence évidente donc, chaleureuse, émouvante (voir ici les échanges en roumain avec les jeunes lycéens de son pays).

Il en va de même aussi de la discrète mais constante présence de Jérémy Forni, présentant "Traces de luttes" le vendredi, discutant avec chacun sur le site jusqu'au dimanche, assistant à de nombreuses projections comme simple festivalier.

Retrouver Marc Khanne et Jacques Mitsch sur le festival, c'est maintenant devenu une habitude et c'est toujours pour nous un plaisir. Marc Khanne est un pédagogue dans l'âme et la clarté des ses explications scientifiques ou techniques est remarquable. Il enrichit ses documentaires par la qualité de ses commentaires.

Chrisitan Rouauld venait pour la première fois pour présenter son film, portrait de Bernard Lambert. Homme de conviction, spectateur passionné, c'est un cinéaste engagé, acteur spectateur de bien des luttes menées en France depuis les années 70. La confrontation avec lui est fort enrichissante, me semble-t'il... Mme Lambert nous a fait la surprise de l'accompagner et il y a eu après la projection un grand moment émouvant et chaleureux d'échanges.
Christian Rouaud a pour projet de tourner un documentaire sur les luttes menées sur le Larzac dans les années 70.
Cela nous intéresse déjà...




programme cinéma
jusqu'au mercredi 5
décembre 2017
ici !

en savoir plus ...

les dispositifs
d'éducation à l'image
2017-2018

en savoir plus ...

pour aller plus loin
les projets
AU-DELA DE L'ECRAN
2017
ici !

en savoir plus ...

FESTIVAL
2017
ici !

en savoir plus ...

le bulletin
d'adhésion
2017

ici !

en savoir plus ...
- présentation - la salle de cinéma - les stages - école et cinéma - le festival - le réseau / le catalogue - adhésion - contacts - liens - plan du site -
site Web réalisé et hébergé par   base2prod - alain vincent